Index

13 novembre 2011

S’il m’enterre

Plusieurs architectes modernes et contemporains ont étés chargés de construire des architectures funéraires. Si les résultats de ces cimetières d’auteurs sont le plus souvent remarquables, nous avons décelé plusieurs coïncidences macabres.


En effet, Skogskyrkogården, au sud de Stockholm, est une œuvre de Gunnar Asplund et de Sigurd Lewerentz. Débuté en 1917, l’aménagement de ce grand cimetière s’achève par la construction du crématorium entre 1935 et 1940. Un édifice que ne verra pas Gunnar Asplund qui décède cette même année et dont le corps repose à proximité.


En réalisant le cimetière de la famille Brion à San Vito d'Altivole entre 1969 et 1978, Carlo Scarpa a bénéficié lui aussi d’une commande intéressante. Construisant littéralement le paysage, il y aménage plusieurs pavillons et chapelles. Malheureusement, un accident l’emporte alors que le chantier s’achève. En reconnaissance de son travail, sa sépulture se trouve dans l’enclos de ce cimetière privé.


Quand ils remportent le concours pour le cimetière d’Igualada, au nord de Barcelone, en 1984, Enric Miralles et Carme Pinos n’ont livré que peu de projets. Achevé en 1994, le cimetière permet à ces deux architectes d’émerger sur la scène internationale. Une gloire de courte durée, puisqu’Enric Miralles décède brutalement en 2000… Comme ses autres confrères, ses restes rejoignent sa création funéraire.


Souhaitons à Marc Barani, dont l’extension du cimetière St Pancrace à Roquebrune Cap Martin a bientôt 20 ans, d’être l’exception qui confirme cette triste règle. A moins que la présence dans un des carrés du cimetière de la tombe de Le Corbusier n’ait déjà suffi à valider cette terrible série …


Voir :
http://www.findagrave.com/
http://www.ina.fr/art-et-culture/architecture/video/CAB94100759/cimetiere-de-roquebrune.fr.html

Aucun commentaire: